Avril 2013 - Faut-il entrer dans le coup ?

logo-pg-academie-4.pngJe me suis bien souvent rendu compte que mon analyse préflop était trop rapide, trop automatique, et que la décision de m’engager ou non dans un coup était plus instinctive que vraiment réfléchie. Pourtant, comme vous sans doute, je pense connaître les critères à analyser. Mais la vérité me pousse à dire que je ne le fais que rarement. Alors l’idée m’est venue de me créer un petit outil pour me contraindre à prendre mes décisions en envisageant plusieurs facteurs. Je me suis imaginé une routine pour rendre mes choix plus objectifs et essayer de progresser dans mon jeu préflop.

Dans un premier temps, j’ai retenu 4 critères. C’est peu, mais c’est déjà plus que ce que j’utilise la plupart du temps. Chaque critère est noté de 0 à 5, ce qui permet d’obtenir au final une note sur 20. Plus cette note est élevée, plus ma décision de rentrer dans le coup se confirme. Pour simplifier je fais comme si ces 4 critères avaient la même importance, et je ne les pondère pas entre eux. Mais malgré tout je les ai classé dans un certain ordre, du plus décisif (ma position dans le coup), au moins incisif (la valeur de ma main).

Critère 1 : ma position

Etre le dernier à parler donne un avantage considérable puisque cela permet de savoir ce que font les autres avant de devoir agir soi-même. Le modèle attribue donc un maximum de points si nous sommes au Bouton, puis au Cut-off, et ainsi de suite jusqu’à un minimum de points si nous sommes aux blinds.

Critère 2 : le nombre de joueurs impliqués dans le coup.

Plus il y a de joueurs impliqués dans le coup, plus la variance (ou le danger) augmente. Nous préfèrons combattre un seul adversaire que 4, et le modèle attribue donc un maximum de points aux situations où nous rencontrons un minimum d’adversaires. A ce stade une question subsiste : faut-il prendre en compte les joueurs restant à parler ? Ici, je propose de considérer qu’en moyenne, si nous payons, un joueur sur 2 rentrera dans le coup (moins si nous relançons). Si nous sommes UTG à une table de 6 joueurs, on comptera donc en moyenne sur 1 à 2 adversaires. 2 à 3 pour une table de 9 joueurs.

Critère 3 : le style de jeu de mes adversaires.

Pour ce critère, nous prendrons en compte deux éléments. Le panel de mains avec lequel nos adversaires sont susceptibles de jouer (Sont-ils larges ou serrés ?) et leur niveau d’agressivité (Sont-ils passifs ou agressifs ?). Plus les joueurs impliqués sont larges et/ou passifs, plus il y de chance que nous dominions leur panel de mains et que nous puissions contrôler le pot et la suite de la donne. Plus ils sont serrés et/ou agressifs, plus il y a de risque que le pot augmente et que nous subissions des relances importantes. Si plusieurs adversaires sont présents, nous tiendrons compte du style de jeu le plus dangereux pour nous.

Critère 4 : la valeur de ma main.

Il y a 1326 combinaisons de 2 cartes possibles (6 façons de faire une paire d’As, 12 façons de combiner A-K dissociés et 4 façons de faire A-K assortis, …), mais seulement 169 valeurs de mains de départ (en distinguant les mains assorties des mains dissociées). Plus notre main est forte, plus nous lui attribuerons de points. Le Top 10 intègre les paires jusqu’au 10 et les Broadway majeures assorties. Le Top 20 intègre les autres Broadway assorties et jusqu’à la paire de 8 (ainsi que A-Q, A-J et K-Q dépareillé). Le Top 50 (soit 30% des mains possibles) intègre toutes les paires, les connecteurs hauts et jusqu’à Q-T dépareillé. Au-delà les mains deviennent très spéculatives (les Broadway = les mains composées de cartes A-K-Q-J-T).

Nous avons donc maintenant 4 critères et 4 notes que nous pouvons additionner pour obtenir une note finale sur 20.

Ma position

Blinds

UTG

Middle

Cut-off

Bouton

 

0

1

2

3

4           5

 

Joueurs

Plus de 4

4

3

2

Un seul

 

0

1

2

3

4           5

 

Style

Ultra serré

 Serré/agro

Large/agro

Serré/passif

Large/passif

 

0

1

2

3

4           5

 

Ma Main

<Top 50

Top 50

Top 30

Top 20

Top 10

 

0

1

2

3

4           5

Avant même de regarder nos cartes (ce que nous faisons bien entendu au dernier moment), nous pouvons commencer à faire nos calculs.

  • Imaginons que nous sommes UTG +2 à une table de 8 joueurs (critère 1 : 1 point)
  • Les 2 premiers joueurs à parler ont foldé. Il reste 5 adversaires possibles (critère 2 : 2 à 3 points selon que nous payons ou que nous relançons).
  • Les joueurs à notre gauche sont plutôt serrés. Le Bouton est large et agressif. (critère 3 : 2 à 3 points).
  • Avant de regarder nos cartes nous avons déjà un total compris entre 5 à 7 points.
  • Nous découvrons A-Q assorties à trèfle. Une jolie main du Top 10 (critère 4 : 5 points)
  • Nous voilà donc avec une note finale comprise entre 10 et 12 points.

Mais alors que devons-nous faire ?

Nous disposons de trois choix possibles : fold, call ou raise.

  • Avec une note inférieure à 10, nous foldons (à l’exception d’une main prémium).
  • Entre 10 et 13, fold ou raise (selon le principe qu’il faut avoir une main plus forte pour call que pour raise – Gap concept).
  • Entre 13 et 17, call ou raise (selon le style des joueurs en jeu ou à parler)
  • Au-dessus de 17,  raise. (Dans 20% des cas nous pouvons call pour piéger)

Bien sûr, cette approche ne constitue qu’un premier pas qui laisse de côté de nombreux éléments : taille du pot, profondeur des tapis adverses et du notre, cote explicites et implicites, type de jeu (cash, sit&go ou tournoi, en shorthanded ou en full ring, …).

Nous pourrions d’ailleurs envisager un 5ème critère « fourre-tout » qui prendrait en compte des différents éléments pour une appréciation très subjective. Les 5 critères seraient alors notés sur 4, pour conserver une note globale sur 20.

Mais le but de ce petit exercice est ailleurs. D’abord, se donner une routine d’analyse intégrant plusieurs critères et rendre ainsi plus conscients nos raisonnements intuitifs. Ensuite et surtout provoquer des échanges fructueux entre nous.

Alors je vous laisse nous faire part de vos remarques et de vos témoignages pour améliorer cette petite grille de lecture.

Au plaisir de vous lire et d’échanger avec vous bientôt.

Commentaires (6)

sirnhdfp
  • 1. sirnhdfp (site web) | Sam 06 Juil 2013
Fifth & Pacific Companies, Inc. And its Kate Spade New York brand have been involved in a legal action related to the Kate Spade Saturday brand name and logo.Yesterday, the court issued a decision in the case involving Kate Spade Saturday and Saturdays Surf NYC. We are happy to announce that the court ruled in our favor.The courts findings align exactly with what we believe - that both companies and brands can peacefully co-exist in the market. We look forward to continued success and innovative design, product and marketing with our Kate Spade Saturday brand.About Kate Spade SaturdayKate Spade Saturday is a new global lifestyle brand created to channel the spirit of Saturday seven days a week. This younger, more accessible sister to kate spade new york shares the same DNA: its colorful, optimistic and bold, but it expresses these values 鈥嬧€媔n a more casual way.Saturday offers simple shapes and go-anywhere silhouettes. Functionality and utility are key. The collection is crafted with honest materials like crisp cotton, canvas and natural vachetta, brightened with bold colors and strong prints.About Fifth & Pacific Companies, Inc.Fifth & Pacific Companies, Inc. designs and markets a portfolio of retail-based, premium, global lifestyle brands including Juicy Couture, kate spade, and Lucky Brand . In addition, the Adelington Design Group, a private brand jewelry design and development group, markets brands through department stores and serves jcpenney via exclusive supplier agreements for the Liz Claiborne and Monet jewelry lines and Kohls via an exclusive supplier agreement for Dana Buchman jewelry.



http://bbs.hwhy.cn/forum.php?mod=viewthread&tid=11039
Wathi
  • 2. Wathi | Dim 28 Avr 2013
Hello Kkouette,

Merci d''apporter ton avis, mais je tiens à présicer que SI je limp avec une poubelle, il y a bien beaucoup de critères qui rentre en compte.
Je ne limperai jamais, je dis bien jamais, avec une poubelle à certaine position, avec un stat peu honéreux, après la relance d'un autre autre joueur etc...

Je suis aussi d'accord avec toi sur le faite que ce soit un avantage de connaître les pourcentage et autres critères mathématiques sur le popopok :)

Allez Topette les copains
KKouette
  • 3. KKouette | Ven 26 Avr 2013
Slt Stéphane. Je veux juste apporter un petit point de vue personnel sur ta discussion avec Steve. Je me retrouve plus dans l'analyse de Steve, en effet je joue aussi au feeling, mais, contrairement à lui, ce n'est pas pour limper mais pour relancer, même avec une poubelle, afin de me retrouver au pire en HU avec un des limpers initiaux. Et à ce moment là, selon ma position, mon ascendant sur le joueur, mon image donnée délibérément à la table, le joueur restant, je synthétise et selon un flop heureux, prometteur ou désastreux, j'avise. Mais le but étant de rapporter des jetons et de mettre en difficulté mes adversaires sur la lecture de mon jeu, j'essai de garder un jeu agressif post-flop et de lui faire lacher ses jetons.
Après, concernant tes critères initiaux, j'aurai ajouter ceci : qu'elle est mon image à la table ou celle que l'on veut donner. Concernant l'attribution des points je te laisse y réfléchir.
De toute façon, ce qui est important, c'est de croire en son poker, et de profiter des nombreux conseils et analyses de ses petits copains de jeu, le but étant de progresser et de faire de moins en moins d'erreur et d'améliorer son sens de l'observation en live (et là le fait de connaitre les stats sur ses doigts fait gagner un temps précieux pour en avoir plus pour observer).

Et toi Steve, je ne pense pas que tu bluf plus que les autres, mais il est très difficile de savoir quand tu le fais, et ça c'est un atout de plus.

Allez bonne lecture et à bientôt autour d'une table.
wathi
  • 4. wathi | Mar 23 Avr 2013
Hello Stéphane,

Je suis entièrement d'accord avec toi, sur le faîte que c'est un pari plus souvent perdant.
Mais le jeux n'en vaux t'il pas la chandelle.
C'est un coup qui n'arriva pas à chaque tour. Limper cahque coup avec des mains improbable est comme se tirer une balle dans le pied. Mais de temps en temps, l'instint te dit "let's go" :)

C'est souvent LE coup qui peut t'envoyer vers le statut de cheapleader.
N'as-tu jamais remarqué, lors d'un tournoi ou sit en go, qu'il y a souvent UN coup qu'il ne faut pas rater.
Ce n'est peut-être qu'une idée, mais c'est la sensation que j'ai parfois, lorsque tu le passes c'est énorme et quand tu le rattes tu ne penses qu'à celui là.

Je sais que tu es un joueur qui calcule beaucoup les stats lors d'un coup.
Je suis plutôt un joueur d'instint, cela signifie pas que je joue avec n'importe quoi lol. Pour moi le sentiment lors d'un coup peux dminer la valeur de mes cartes. Je suis capable de folder des grosses mains comme je peux jouer avec des mains "horrible".

C'est la où je trouves mon plaisir à jouer au poker :)

Steve
Ingénieur
  • 5. Ingénieur | Mar 23 Avr 2013
Salut Steve.
Et avant toute chose merci de ton commentaire qui aide à faire vivre cette rubrique. Comme promis je reviens sur un point précis de ton texte. Celui où tu expliques qu’il peut y avoir des décisions plus « automatique », notamment quand il y a déjà plusieurs limpers et que, quelle que soit ta main, tu peux payer « pour la cote ». Regardons-y de plus près.
Imaginons que tu sois de petite blinde avec Q-5 dépareillé. Deux limpers sont dans le coup et la BB doit encore parler. Tu décides de compléter pour aller voir le flop. Quelle main espères-tu touche au flop ? Une simple paire peut te mettre dans une position délicate et tu souhaites sans doute avoir au moins une double paire.
La première question est : avec quelle fréquence cela va-t-il arriver ? Tu toucheras au moins une double paire dans 6% des cas. Soit une fois sur 16. Concrètement cela signifie que 15 fois tu ne la toucheras pas et tu devras sans doute abandonner la mise que tu as rajouté (perte 15 blindes). Pour compenser, il faut donc, si tu touches ta main au flop, qu’elle te rapporte au moins 16 blindes pour compenser les pertes (ou 8 BB).
La seconde question est : cela est-il crédible ? Avec 2 limpers plus la grosse blinde, le pot contient déjà 4 BB. Tu dois donc faire miser à au moins l’un de tes adversaires l’équivalent de 4 autres BB pour être gagnant sur le long terme. Or si ils ont limpé, c’est sans doute parce qu’ils ont des mains moyennes. Et le fait qu’il y ait 4 joueurs en jeu va les rendre prudents. Ce n’est pas gagné ! Surtout si les blindes sont élevées. Et sans compter que quand tu mises pré-flop, tu peux encore te faire squeezer par la grosse blinde.
Imaginons que tu sois de grosse blinde avec la même main. Un joueur en milieu de position a relancé à 3BB payé 2 fois. La petite blinde se couche. Tu dois rajouter 2BB pour compléter. Le pot fera alors 12BB ½, mais tu devras récupérer 16 fois ton investissement, soit 32 BB. Il en manque 20, et tu vas jouer hors de position face à 3 joueurs.
Bref, je pense que ce pari est le plus souvent perdant. Et qu’il faut qu’il y ait au moins 5 limpers pour que le jeu en vaille la chandelle, tout en restant très prudent à partir du flop.
Qu’en penses-tu ?
Wathi
  • 6. Wathi | Mer 17 Avr 2013
Hey,
Tout d'abord, félicitation et merci de nous avoir apporté toutes ces explications.

Pour ma part, lors d'un tournoi ou autre, les personnes en jeu, si je l'ai connaît bien sur, vont beaucoup influencer ma réflexion lorsque je regarde ma main.
C'est la première question que je me pose en début de tournoi, est-ce que je peux prendre le dessus sur ce joueur ou est-ce que c'est lui qui aura l'assendant sur moi?
Voilà pourquoi bcp de joueur qui me connaissent pense que je bluff bcp, est ce n'ai pas le cas :)

Ensuite, j'ai des mains que j'adore, bien sur la position joue bcp et le nombre de personnes en jeu aussi.
Je ne mettrais pas 0 pts pour "plus de 4 joueurs en jeux", au dela de 4 sur une table de 6 ou 8, même si on est dans les blinds ou tu mets 0 pts, je complète la blind ou je suis la relance, si elle n'est pas trop évelée, sans me poser trop de question.
Ca ne passe pas souvent, et je sais aussi que c'est se mettre en danger, mais le flop peut être royal!

Je terminerai en disant :

Il faut perdre des jetons pour en gagner :)

Topette

Ajouter un commentaire